Joe Jackson

Paru dans le JAZZOPHONE n° 10 (avril à juin 2017)

 

Joe Jackson

« Plus éclectique que le bon Joe on ne fait pas mieux ! »

 

 

photo John BEAKE Nice jazz festival

Enfant, il apprend divers instruments comme le violon, le piano et l'harmonica. Il effectue ses études à la « Royal Academy of music » de Londres. Il rejoint diverses formations faisant des reprises, mais c'est avec le groupe « Arms & Legs » en 1976 qu'il compose ses premières chansons. L'épopée rock punk et new wave fait émerger également une scène ska, dub-reggae, à laquelle Joe Jackson s'en influence, tout comme la musique blues. De son premier album « Look Sharp » qui est un succès rapide (1979), à son deuxième disque «I am the man » au bon « Beat Crazy » (1980), il s'impose comme un artiste incontournable. Dans sa musique, il se dégage du swing qui s’incruste avec plaisir dans ses compositions. Le jazz est une de ses musiques favorites, il fonde le « Joe Jackson Jumpin' Jive » avec un album justement dénommé : « Jumpin Jive ». Il fait revivre par ses reprises des standards de Cab Calloway, Louis Jordan, Lester Young ou de Glenn Miller... Amour de jeunesse à cette musique des années 40, qui ne le quittera pas et influencera certaines compositions. Du jazz, plus des touches latino pour l'incontournable galette : « Night and day » (1982), un hommage au compositeur américain : Cole Porter. Il collabore à la musique du film « Mike's Murder » de James Bridges. Un autre disque envoûtant : « Body and Soul » belle perle de Joe... D'un disque instrumental « Will Power », à un super double album en public « Live 1980:86 », c'est un beau tour d'horizon de ces 10 années passées. Il est sollicité pour une nouvelle BO d'un film de Francis Ford Coppolla : « Tucker-A man And his Dream » (1988). Après un retour plus rock, du relax avec « Night Music ». Étonnant, il se lance aussi dans une œuvre musicale classique sur les sept péchés capitaux : « Heaven & Hell », bien déroutant ce bel ouvrage : « Symphony n°1 » (1999) avec le guitariste Steve Vai ! En 2000, on a des grands moments de bonheur sur le « Night and day II » dont un titre avec Marianne Faithfull. Puis une reformation plus rock avec le « Joe Jackson Band »... Suivra un retour à la source musicale pour « The Duke » (2012), qui est un grand album en hommage à Duke Ellington ! On y retrouve Steve Vai, Sharon Jones, Regina McBride et Iggy Pop. Dire qu’au début de sa carrière  il doutait de lui, en pensant ne pas continuer longtemps tout ça, en plus de 40 années : il a fait preuve d'un tel éclectisme musical qu'il a droit à notre admiration !

http://joejackson.com

Jack Lalli

 


 


 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog